Pour être augmenté en 2018, il faudra se montrer « motivé »

La direction Proservia annonce un budget d’augmentation des salaires pour une somme légèrement supérieure à 1 000 000 €. Comme pour les années précédentes, aucune augmentation générale !
Les augmentions seront individuelles, mais encore faudra-il avoir le « bon état d’esprit ».
Avoir le bon état d’esprit, pour la direction Proservia…

Mais l’entreprise va mal, d’où sort cet argent ?

De votre poche ! Et oui, c’est avec le C.I.C.E. – donc l’argent de vos impôts – que vous resterez sur le carreau et que votre directeur sera augmenté.

La CGT a fait les contre-propositions suivantes :

  • Augmentation générale de 50 € pour tous les salariés ayant un salaire inférieur à 2000 € et pré-sents dans les effectifs avant le 1er décembre 2016.
    Cette mesure concerne environ 1000 salariés, soit un coût de 600 000 €.
  • Augmentation générale de 50 € de tous les salariés ayant un salaire égal ou supérieur à 2000 € et qui n’ont eu aucune augmentation depuis le 1er janvier 2015.
    Cette mesure concerne 103 salariés, soit un coût de 61 800 €.
  • Ces revendications sont modestes ; il resterait 400 000 € pour les augmentations « aux méritants ».

La réponse fut « bonne idée, mais c’est non » !

Notre sauveur – M. GUYOMAR – a salué nos propositions qu’il a qualifié de bonnes, mais continue d’imposer une politique salariale injuste socialement. Des collègues n’arrivent pas à vivre avec leur sa-laire ? Certains ne peuvent pas se loger ? Tant pis pour eux.

Quelles conséquences pour Proservia ?

Même avec la signature de bons accords d’entreprise, tous les ans Proservia continuera à perdre plu-sieurs centaines de salariés qui iront chez la concurrence pour un meilleur salaire.
Avec toutes les conséquences que cela comporte pour l’activité commerciale…

La CGT est aujourd’hui plus sollicitée par des collègues qui demandent comment partir de Proser-via (démission, RC, abandon de poste…), c’est tout dire de l’ampleur du problème…
Si M. JFG veut vraiment redresser Proservia, il doit y changer les politiques salariales et sociales !

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *