Flash Info CE Octobre 2017

La Direction souhaite une baisse des effectifs de 5 %

Cher(e)s collègues,

Les élus ont reçu le D.G. lors de la dernière réunion du Comité d’Entreprise. Ce dernier a réitéré sa volonté, clairement affichée auprès des SDM et des Contracts Managers, de baisser les effectifs de 5 %.

L’argument donné consiste à dire que, sur un effectif de 3000 salariés, tout le monde n’est pas nécessairement compétent, motivé et avec le bon état d’esprit. Aussi, pour regagner en rentabilité, la Direction compte ne pas remplacer les départs et faire supporter la charge de travail aux salariés restants.

À ce titre, les élus sont scandalisés par une approche mécaniste qui ne prend pas en compte la réalité humaine de l’entreprise. Certes, Le nouveau D.G. est arrivé en 2017. Mais en tant que directeur général, il doit aussi assumer les décisions prises par ses prédécesseurs.

  • Faut-il rappeler que le manque de rentabilité est avant tout dû aux mauvaises négociations qui ont été signées et non au manque de productivité ?
  • Doit-on encore, une fois de plus, rappeler l’absence de politique de formation au sein de notre entreprise ?
  • Ne voit-on pas que l’absence d’amélioration des conditions de travail engendre chaque jour des départs de salariés, alors que Proservia évolue dans un secteur où le recrutement est difficile ?

La Direction peut être assurée que les élus seront là pour faire barrage à ce qu’ils considèrent comme un plan de licenciement déguisé.

Le bureau du C.E. à la rencontre des salariés

David Baron, secrétaire, et Kenneth Brace, trésorier du C.E., sont allés à la rencontre des salariés dans le but d’être au plus près de votre quotidien.

À Rennes, le 4 octobre, près d’une centaine de collègues sont venus faire part de leurs conditions de travail, mais aussi féliciter les élus au cours d’un moment de convivialité.

Une deuxième rencontre a eu lieu à Niort le 12 octobre. Elle fut aussi appréciée par tous.

Les élus ont entendu vos messages et remercient tous les collègues.

Inter-contrat

La Direction a refusé de communiquer aux élus les actions qui étaient menées pour chaque personne en situation d’inter-contrat. Les élus ont seulement une vue globale. C’est en Île-de-France que le taux d’inter-contrat est le plus élevé. Il représente 47 salariés. Le manque d’activité commerciale est en cause selon la Direction. Pourtant, les élus sont étonnés de voir que certains profils comme les techniciens en systèmes et réseaux sont toujours en inter-contrat. Les élus ont des doutes sur l’efficacité des process mis en place.

 

Mobilité groupe

Au cours des deux dernières années, un seul salarié a été embauché de façon définitive par Manpower Group. Des mobilités temporaires ont été réalisées dans le cadre de mise à disposition. Cela représente six personnes sur les deux dernières années. Autant dire que la mobilité des salariés à l’intérieur du groupe Manpower est largement insuffisante.

 

Moyens de communication internes

.Les élus ont de nouveau fait part du manque de communication dans l’entreprise. La réponse de la Direction fut de dire que salariés bénéficient d’une adresse mail, du portail interne Planet Manpower Group et du portail Proservia. Si elle peut affirmer que 96 % des salariés se sont connectés au cours des deux derniers mois, elle semble peu préoccupée des 4 % restant et n’est même pas capable de dire qu’elle fut le niveau de consultation pour chacun des mails envoyés. Rappelons que n’importe quel logiciel d’envoi de newsletters permet d’avoir un tracking pour connaître le niveau de consultation. D’un point de vue qualitatif, les newsletters de type « Booste ton budget grâce à la cooptation » ou encore « Deviens le super héros de ton réseau » sont considérées comme étant infantilisantes, familières et déplacées, compte tenu des difficultés financières rencontrées par l’entreprise. L’absence decommunication régulière nuit à la création d’une culture d’entreprise qui serait pourtant bénéfique à Proservia

 

Tableaux de bord sociaux

L’entreprise a connu le mois dernier 70 sorties et 83 entrées avec notamment 39 démissions, 8 ruptures conventionnelles et 5 licenciements. Les élus regrettent fortement que la Direction n’ait pas averti l’ensemble des salariés de l’entreprise que l’un d’entre nous est malheureusement décédé. Certains ont peut-être connu notre collègue durant leur carrière. Les élus adressent leurs condoléances à la famille.

 

Parc automobile

Les élus ont obtenu le détail de la flotte automobile de l’entreprise, avec les tarifs pour chaque modèle. De fait, on observe des inégalités de traitement entre un Citroën C3 qui coûte 257,56€ par mois et une Volvo XC 60 au prix de 530, 02€ ou encore une Toyota RAV 4 pour 618, 98€. On passe ainsi du simple au double. Les élus ont appelé à une meilleure considération des salariés qui utilisent leur véhicule au quotidien et à des efforts des personnes privilégiées, qui sont les mêmes qui demandent aux salariés de faire des efforts. La Direction a indiqué que des projets étaient prévus dans ce sens. Les élus s’en félicitent mais attendent de voir les résultats.

 

Chaque mois, retrouvez un résumé de la réunion qui vient de se tenir. Les procès-verbaux approuvés par le C.E. sont en ligne.

 

 

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *