Droit de retrait et Covit-19

Le Président Emmanuel MACRON, a déclaré « un état de guerre » contre le coronavirus, un état d’urgence et un confinement de stade 3, car il y a danger de mort pour une certaine partie de la population, nommé par notre président « personnes à risque » (hypertension, diabète, pb cardiaque, personnes âgées, etc…).

Le gouvernement, a pris des décisions exceptionnelles à la vue de cette situation unique en son genre.

Dans le cas où l’employeur serait incapable d’assurer ses obligations de sécurité, il doit mettre en place les directives gouvernementales exceptionnelles.

En totale violation des recommandations du gouvernement, le groupe Manpower, et sa filiale Proservia maintiennent et exigent de leurs salariés la réalisation de prestations et d’interventions non urgentes (déploiement BNPP, Caisse d’épargne, Agirc-Arrco, autres projets,…), sans qu’aucune protection ne soient distribuées (gel hydroalcoolique, gants, masques…) pour la plupart.

La Direction en terme de prévention de la contamination, se contente de communications et recommandations par e-mails, et propose du télétravail lorsqu’elle le juge possible.

Elle est, cependant, incapable de fournir les éléments de protection minimum (gel hydroalcoolique, gants, masques…) aux salariés en contact avec des personnes extérieures, faisant potentiellement courir un risque mortel à ceux-ci, car la notion de salariés à risque n’est pas respecté dans ce cas précis.

La CGT, recommande à chaque salarié, de ne prendre aucun risque d’être contaminé et/ou de contaminer qui que ce soit, et donc d’exercer leur droit de retrait dans les zones à risque.

Les salariés se doivent de suivre les recommandations de confinement du gouvernement, tant que le Groupe Manpower, à travers sa filiale Proservia, ne sera pas en capacité de fournir les éléments de protection minimum (gel hydroalcoolique, masques, gants…), ceci afin d’assurer leur sécurité contre un danger pouvant s’avérer mortel.

Tant que la direction maintiendra cette attitude irresponsable, la réalisation de missions/interventions non indispensables devra être reportée ultérieurement et ainsi se conformer aux recommandations du gouvernement.

Les élus CGT, demandent officiellement l’organisation d’une réunion extraordinaire du CSE, sur la situation sanitaire actuelle que traverse l’entreprise et sur les mesures prisent et à prendre pour la sécurité et la santé des salariés Proservia.

La situation actuelle rentre dans le cas de : Danger grave et imminent.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.