La grève à Toulon a pris de l’ampleur

Suite à la communication syndicale envoyée hier matin, les salariés se sont contactés, d’autres sites ont décidé de rejoindre l’action des collègues de Toulon et de se mettre eux-aussi en grève.

Des salariés de Lorient et Nantes ont décidé de se joindre au mouvement. Voici le texte des revendications de l’équipe nantaise :

« Par la présente et conformément à l’article L2511-1, L2512-1 et suivants du Code du travail, nous vous informons que nous avons décidé de nous mettre en grève.
Le mouvement de protestation débutera le Jeudi 11 Avril à partir de 13h30 et prendra fin jeudi 11 Avril à 17h00, il sera reconductible en Assemblée Générale.

Cette action a pour but de soutenir nos collègues de Toulon et l’ensemble des salariées d’autre site qui les ont rejoint. Le site d’Indret est gravement impacté.

L’amélioration continue lancée par Proservia nous enfonce de jour en jour vers une suractivité, non récompensée à ce jour, des projets impactant fortement la production.
Un épuisement de l’ensemble de l’équipe, et une démotivation générale.

Les revendications revues du côté de l’équipe OSS d’Indret :

  • Revalorisation des salaires de l’ensemble de l’équipe afin d’éviter les disparités
  • Valorisation des actions sur le périmètre ERIS
  • Mise en place de RTT (semaine de 37h)
  • Amélioration suivie collaborateurs (Habilitation électrique + EPI + Visite médicale)
  • Prime de projet collective (la réalisation d’un projet impacte l’ensemble de l’équipe)
  • Avoir une vision claire de notre champ d’activité
  • Diminution de la charge de travail (revoir les workflow et améliorer les transferts de tickets)
  • Délai d’obtention des habilitations

Pour faire de la qualité, il faut y mettre les moyens. (…) »

Le client dépendant aussi d’un contrat de prestation avec une autre ESN (nous somme en deuxième position), la direction Proservia est sur les dents : elle a dépêché une équipe pour négocier aujourd’hui avec les collègues de Toulon.

La CGT dénonce depuis toujours la politique salariale de Proservia, dont le refus obstiné du Directeur Général à faire des augmentations générales pour les bas salaires. Nous avions prévenu que cela pouvait engendrer un sentiment de frustration, on ne nous a pas écouté.
On voit maintenant les conséquences…

La CGT soutient l’initiative des collègues chez ce client et tout les sites impacté et invite les salariés Proservia à suivre leur exemple. Nous vous tiendrons informés de la suite de ce mouvement.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.