« Le dormeur doit se réveiller »

Après un an de sommeil, la direction Proservia sort de sa léthargie

On n’y croyait plus, mais en novembre, les organisations syndicales sont invitées par la direction Proservia à négocier sur les thèmes suivants :

  • temps de travail ;
  • télétravail ;
  • révision accord sur l’itinérance ;
  • qualité de vie professionnelle (ex : droit à la déconnexion) ;
  • égalité professionnelle hommes / femmes ;
  • négociations sur les salaires (on prépare les gants de boxe).

D’autres sujets seront aussi abordés l’année prochaine, comme la mutuelle d’entreprise.

La CGT espère que pour cette fois, la direction prenne ces négociations au sérieux, que ces réunions soient enfin préparées, que les documents soient fournis en temps et en heure… Que des choses élémentaires, mais qui n’ont jamais été faites jusqu’à maintenant.

 

La CGT ne favorisera pas l’entreprise aux dépends des salariés.

 

Petite piqûre de rappel :
Juste avant les précédentes élections professionnelles (décembre 2015), la CFDT – qui était à l’époque le seul syndicat chez Proservia a signé l’accord sur le temps de travail.
Cette signature a validé l’annualisation du temps de travail pour l’ensemble des salariés Proservia, dont les 800 ex-Atos qui eux étaient mensualisés !
Tout cela pour s’acheter une conscience quelques mois plus tard en dénonçant le dit accord, mais le mal est fait.

« Il n’y a que deux catégories dans la société moderne : les vendus et les invendables. »
Jacques Sternberg

Grâce à la confiance que vous nous avez accordée lors des dernières élections professionnelles (41 % des voix), aucun accord ne pourra être signé sans l’aval de la CGT.

Si la direction Proservia souhaite réellement la signature d’un accord, il devra être favorable aux salariés. Nous vous tiendrons informés de l’état des négociations.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *