La révision de l’accord itinérant est dans les choux

Concernant la révision de l’accord sur l’itinérance, la CGT a décidé de quitter pour le moment la table des négociations.

La direction Proservia veut imposer un accord gagnant / perdant.

Pour faire simple, elle souhaite avancer la plage horaire d’intervention dés 06h00 du matin. 06h00 chez le client, cela peut impliquer départ à 04h00 du domicile en fonction du temps de trajet, des contraintes du matériel à récupérer dans un centre de stockage, etc…

Note : un technicien itinérant sur le terrain aux aurores du matin, cela implique aussi que les
équipes de la planification, du stock ou de l’encadrement soit aussi disponibles pendant ces
plages horaires. Mais sur ce point, la direction reste muette.

Aujourd’hui, la plage horaire d’intervention est figée entre 08h30 /18h30. Proservia veut donc
la faire sauter, mais sans réelle compensation.

La CGT demande :

  • La suppression de la prime administrative, car celle-ci est trop souvent versée à la tête du client, sans contrôle du temps de clôture réel des dossiers ;
  • Prime panier à 18,40 € (au lieu de 13 €, soit + 100 € par mois), cette prime étant exonérée des charges, ce serait gagnant / gagnant pour les deux parties ;
  • Que les interventions planifiées en dehors de la plage horaire 08h00 / 19h00 soit planifiée une semaine à l’avance (afin que les salariés concernés puissent s’organiser un minimum dans leur vie personnelle) ;
  • les salariés ayant des contraintes familiales ne doivent pas non plus se voir imposer des horaires de nuit (c’est d’ailleurs l’une des idées retenues de l’accord temps de travail, comme quoi la direction aime se contredire) ;
  • Le temps de trajet pour se rendre au stock (que ce soit avant ou après l’intervention) doit être pris en compte dans la planification des interventions et être considéré comme du temps de travail effectif (ce qui n’est pas toujours le cas aujourd’hui) ;
  • Un salarié en disponibilité car pas d’intervention planifiée par Proservia, doit déclarer cette disponibilité comme du temps de travail (c’est à l’employeur de s’organiser pour fournir du travail à ses salariés).

La direction Proservia ne peut pas réviser cet accord sans l’aval de la CGT. Vont-ils revenir à de meilleures intentions comme pour l’accord temps de travail ou celui du télétravail ? Ou bien sont-ils assez bêtes pour provoquer un mouvement de grève chez les techniciens itinérants ?
Nous vous tiendrons informés.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *