Flash Info CE Novembre 2017

Vers l’absence de distinction entre les techniciens systèmes & réseaux N+1, N+2 et N+3.

Lors de la dernière réunion du comité d’entreprise, les élus ont été choqués par la Direction qui a affirmé qu’il n’y avait pas de différence entre les techniciens systèmes & réseaux N+1, N+2 et N+3. Comprenons bien, la Direction refuse d’identifier l’existence de tels niveaux car, selon elle, c’est variable en fonction des clients. Pour certains, la prise d’appels avec la création de tickets relève du niveau N0 alors que pour
d’autres c’est du N1. Derrière cet argument, les collègues doivent déchiffrer les probables motivations de la Direction. Si un salarié n’est pas reconnu comme possédant un certain niveau, il est beaucoup plus facilement déplaçable. Alors qu’aujourd’hui vous êtes sur un travail très qualifié, on pourra demain vous placer sur un poste que vous jugerez ennuyeux. À l’inverse, on pourra aussi vous mettre sur un poste qui sera au-delà de vos compétences pour mieux vous licencier à cause de votre manque de
qualification. En effaçant ces distinctions, la Direction touche à l’identité de ce que nous sommes en tant que salariés. La Direction sait pourtant qu’une telle position est intenable. D’ailleurs, les
emplois qu’elle propose sur son site Internet mentionnent des niveaux (N1, N2 ou N3). Et dans les toutes récentes «
Fiches emplois » créées par le service de gestion des talents (cf. article suivant), ces mêmes niveaux sont énoncés. Bien sûr, le seul endroit où la Direction fera disparaître ces niveaux : c’est sur le contrat de travail. Jusqu’où ira le mépris de la Direction ? Alors même que nous sommes tous recherchés par la concurrence, la Direction creuse la tombe de l’entreprise en réduisant l’énergie de ce qui la fait vivre : les salariés !

Un nouveau Pôle Talents et Carrières

Le Directeur a mis en place au sein de l’entreprise un nouveau service composé de deux personnes et dont la Direction a été confiée à Une RH. Le but de ce pôle est d’identifier au sein de Proservia les compétences présentes
chez les salariés pour ensuite leur proposer de possibles évolutions par de la formation. Le premier travail consiste donc à mettre de l’ordre dans les multiples intitulés de postes qui existent au sein de la structure; alors même que ces derniers sont parfois divers et variés en fonction de nos provenances. Une fois les différents métiers diagnostiqués et les compétences clés définies, la Direction sera en mesure de présenter de
véritables parcours professionnels au sein de Proservia. Les élus ont félicité ce travail d’harmonisation qui à terme vise à donner aux salariés des perspectives d’avenir. Par contre, les élus craignent que cela demeure
une grande machine vide et ceci pour au moins deux raisons :

  • Pour identifier les compétences d’un salarié, encore faut-il connaître ce qu’il fait au quotidien. Force est de constater que le management est parfois en fortes difficultés pour comprendre ce que font réellement les salariés sur le terrain.
  • Pour savoir ce vers quoi veulent évoluer les salariés, encore faut-il leur demander. Or, un petit tour de table chez les élus a montré que seulement 2 % des salariés semblent avoir effectués leur entretien annuel avec leurs managers.

Les élus invitent donc à faire un lien entre leur vision théorique et la réalité concrète de notre quotidien.

Chaque mois, retrouvez un résumé de la réunion qui vient de se tenir. Les procès-verbaux approuvés par le C.E. sont en ligne.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *